Navigation | The last fight before…

The last fight before…

     Ces temps ci, Robert est archi tendu. 24heures sur 24 il vit au bord du claquage cérébral pour cause d’excès de stress et de bad news. Les nouveaux visiteurs du Robert’s Land pourraient donc être amené à croire que c’est constamment comme cela et pourtant non. Il lui arrive aussi d’avoir des périodes down, des moments ou rien ne vient le titiller plus que de raison et où il peut rester facilement maitre de lui-même. Périodes qu’il met à profit pour observer le monde qui l’entoure.

Et parmi les choses remarquables, une revient avec régularité et avec toujours autant de violence : les bastons inter-ancêtres.

On aurait naïvement put croire que les jeunes, rendu hystérique par un trop plein d’hormones, seraient les plus seuls à se monter le bourrichon à la moindre occasion.  Et bien il n’en est rien. En plus des parisiens – en voiture, et des marseillais – toute la journée, au détour d’une file d’attente ou d’un bus over-rempli, il n’est pas rare que tout un chacun puisse assister à un combat de tricentenaires. Je suis sûr que vous en avez déjà contemplé un, tout empli de compassion pour le délabrement neuronal des combattants pas vaillant, priant secrètement en votre fort intérieur pour trépasser avant d’en arriver à un tel niveau de crétinerie.

Pas plus tard que la semaine dernière, Robert a encore été le témoin du désolant spectacle. Dans le Métro en indigestion de voyageurs, une place s’est libérée  l’occasion d’un arrêt mit délestage maximal : réaction automatique : maxi regard convergeant, de tous les gens passablement frais vers les deux grabataires de la rame soit une mamie tremblant sous le poids de ses courses et un papi déployant des efforts surhumains pour ne pas partir en voltige à chaque démarrage / arrêt du Métro. Très personnellement et vu l’ambiance rapprochée mit contact non désiré (et désirable) qui régnait dans le wagon, Robert n’aurait pas dit non à cette place providentielle. Mais comme dans ce monde il faut être super poli en continu, prévenant et gentil même avec les gens qu’on ne connait pas, Robert a fait comme tout les jeunes (et ceux qui finissaient de l’être), il a prit son mal en patience et est resté debout.

Sauf que, que sur les deux officiellement vieux éligible au soulagement, il n’y en a pas eu un qui a voulu admettre son état et poser son séant dans le fauteuil vermillon. On était lancé tête baissée dans le grand n’importe quoi…

1er round : Et va-y que ça refuse poliment – avec une pointe d’offuscation – toutes les invitations, de moins en moins invitantes, et que ça suggère de plus en plus fort à l’autre feuille morte de prendre la place.

2ème round : Et va-y que ça se regarde en duo façon western spaghetti, s’assurant mutuellement d’entretenir une forme du tonnerre et que de toute façon ça descend au prochain arrêt.

3ème round : Et va-y que le Métro s’arrête trop (pas) en douceur et que ça s’accroche aux sièges à proximité avec autant de fermeté qu’une patelle (paraplégique de la ventouse) à un rocher breton. Parce que finalement ils ne descendent pas vraiment à cet arrêt. Pendant ce temps, les regards plein de dignité continuent à fuser comme des missiles nord-coréens (= sans faire peur à personne excepté aux intéressés).

 4ème round : Arrivé des regards inquisiteurs, parce qu’on en est rendu à la phase finale d’observation tenace de l’adversaire mit match psychologique. La grande question est : qui le premier, partira valdinguer en culbuto, les 4 fers et la canne en l’air, révélant à la face du monde de la rame qu’il n’est plus le fringant post-ado qu’il veut faire croire qu’il est. Oui, qui ?!

 Et bien Robert.

Parce que sentant que les deux fossiles vont continuer à faire les autruches pendant encore quelques siècles, Robert pose son sac à main en cuir qui pèse un quintal, pose son PC chéri qui pèse 1 tonne dans sa petite housse molletonnée, pose ses livres de fac qui avoisinent le poids de la Tour Eiffel et se pose (lui-même) dans le fauteuil qui devait commencer à se sentir bien vide.

De là, bien confortablement installé, le ipod dans les oreilles, il lance in très sincère « merci pour votre dévouement » aux deux idiots qui lui répondent avec un double regard de lémurien électrocuté.

 

Morale de cette histoire : dans la vie, il faut savoir ce qu’on veut,

Mais surtout il faut le savoir VITE !!! Surtout si Robert est pas loin…

humour cynisme ironie dérision critique observation analyse société politique actualité vieillesse vieux grabataire transport commun retraite TCL RATP information France hexagone paris Lyon

Par Robert le 22 mai, 2009 dans Bazar

  1. Super marrant comme toujours! Et puis oé d’abord, n’ont cas s’assoir avant les fossiles à trois pattes!

    Commentaire by Raymonde — 31 mai, 2009 @ 0:33

  2. Mdr encore, ça me rappelle un épisode similaire dans un bus parisien. Toutes les places assises occupées (dont une par moi-même) une petite vieille se hisse le ticket à la main prête à l’enfourner quand le bus démarre à la façon d’un rallye. Elle penche directement vers le pare brise, on est 3 à la rattraper au vol. Et en prime je lui offre ma place. Et bien je me suis fait traiter de tous les noms parce que soit disant elle n’était pas grabataire et pouvait rester debout. Autant dire qu’elle y est restée et qu’elle a pu se cramponner parce qu’au virage suivant tout le monde espérait qu’une chose c’est qu’elle se ramasse toute seule !

    Commentaire by Manue — 19 juillet, 2009 @ 13:38

  3. mais les vieux ont un sérieux prb de toute façon. à la boulangerie c pareil, ils veulent tjs passer devant ! C’est pas parce qu’ils vont mourir avant tout le monde qu’ils doivent tous nous gratter !!!

    Commentaire by Robert — 19 juillet, 2009 @ 15:43

Laisser un commentaire

Sondage

La grippe A (H1N1), ça vous évoque plutôt :

  • - Ahahahaaah ! La quoi ?! Hihiii la grosse blague du début de siècle ! (On va juste mourir de rire !) (72%, 23 Votes)
  • - Grippe A ?! Aaaaaaaaaaaaaah !! On va tous mourir. Au secours !!! C'est affreux ! Faut tous acheter des pelles (pour creuser nos tombes !) (13%, 4 Votes)
  • - La grippe quoi ?! Automnale c'est ça ? (Désolé(e), je reviens de vacances sur Mars...) (9%, 3 Votes)
  • - Aaah ! Fu**. J'ai mal à la gorge et au cou. Je crache des glaires, c'est sûr c'est la grippe A, y a aucun doute. Et dites pas que je suis hypocondriaque hein ! (Mais non c'est la tuberculose) (6%, 2 Votes)

Nombre de votants: 32

Chargement ... Chargement ...

Articles récents

Méta