Navigation | Du fonctionnaire poinçonneur

Du fonctionnaire poinçonneur

 

La plupart des lecteurs le savent, une bonne partie de ses amis le haïssent – plus ou moins secrètement – pour ça et maintenant même les nouveaux petites yeux vont le savoir : Robert est un VIP du Rail.

*****     *****     *****     *****     *****

Munie de sa carte SNCF Gold Platinium il enchaîne les allers-retours entre chez lui et le vaste monde de la France (il ira plus loin quand il se cassera avec un pilote de ligne). Tous les nouveaux lecteurs sont ici dubitatifs. « Ben. Et alors ? Nous aussi on en a des cartes de réduction.
« Va pas se la raconter avec une stupide Carte 12/25 ?! » « Ouai, moi j’ai une Carte Senior » « Et moi une Carte Famille Nombreuse. Et bientôt on va nous réserver des TGV ».
« Ahah ! Pleutres imbéciles » vous répondra Robert (oui, Robert a décidé d’employer que des mots compliqué. Tant pis pour les blondes. Il vous expliquera pourquoi… plus tard).

Ben oui, la carte de Robert, à côté de la carte du commun des mortels c’est comme du fois gras made in Sud Ouest et du pâté de foie Leader Price (et ce n’est pas parce que l’homme grognon à lunette est devenu leur égérie culinaire que la simple idée d’ingestion de la chose ne provoque plus de l’urticaire à Robert). Robert voyage gratos tant qu’il a des coupons, et quand il n’en a plus, badaboum crac super méga bonus, c’est 90% de réduction. Malin, le Robert réserve ses coupons pour les voyages long courrier, et comme il est bien resté 3 ans sans en utiliser un seul, il lui reste assez pour faire des allers-retours hebdomadaires à Paris voir sa cousine adorée et faire les tarés en Vélib’ dans les rues les plus hypes. A la SNCF, il y a plusieurs sortes de cartes. Leur couleur de bordures dépend du rang occupée dans la hiérarchie de l’entreprise. Comme Robert est la descendance par importation d’un top chef, la sienne a de charmants petits bords rouges et un hologramme doré. Mieux ?! ça doit être celle du grand patron, avec des bords multicolores clignotants et une identification digitale et photo vivante à la Harry Potter. Enfin bon, en dehors de vous faire saliver et vous mettre la rage en vous étalent tous les avantages dont jouit le fonctionnaire, on voulait surtout…

Robert : Hey ! Minute ! On a parlé du 13ème mois ?! C’est marrant ça, il me semble que non… Alors c’est génial comme affaire, surtout à Noël parce que alors…

Hubert : Ola ! Jeune fougueux ! Veux-tu bien calmer tes ardeurs. C’est la crise je te rappelle.

Robert : Hum… il paraît en effet. Mais quel rapport avec là tout de suite maintenant le sujet de mon article ?!

Hubert : on est pauvre ! Tout le monde est pauvre, au bord du suicide et de l’expulsion. Les maris sont déprimés et les femmes aux foyers en grève du sexe. Alors mon minet, soit un peu moins grandiloquent sur tes avantages sociaux.

Robert : Pfff ! Même pas drôle !!

Donc, c’est pas le tout de vous énerver. On voulait surtout vous entretenir de la diversité des comportements chez les fonctionnaires poinçonneurs face à ladite carte. Un peu comme une palette de Picasso en fin de séance, Robert en voit des vertes et des pas mûres. Comme on continue dans les analyses scientifiques poussées, on vous les a classé et détaillé :

Le Laxiste : Pour Robert, comme pour les autres c’est le genre de gars qui ne regarde pas les titres de transports ou alors du bout des yeux. Comme un guichetier de La Poste, on sent que faire son boulot fatigue profondément le Laxiste. D’ailleurs, quand il le fait c’est soit tout au début du trajet, soit juste avant l’arrivée du train au terminus histoire que :

1 – il n’y ai pas trop de monde dans le train surtout s’il y a beaucoup d’arrêts de prévus. Sinon ça risque de prendre un max de temps.
2 – de pouvoir faire une petite sieste pendant le trajet. Ben oui, le fonctionnaire n’est pas habitué à résister à la fatigue.

Le Bleu : Comme dans la police, c’est le petit nouveau. Au tout début, sur les gros trajets luxes (en TGV) ou sensibles (les trains de banlieue) on le colle avec un vieux briscard gras (un coup de bedaine ça calme la pire des racailles) ou type colossal (ça calme aussi). Ça lui évite de finir recroquevillée dans les WC en position du fœtus et appelant sa maman. Sur les petits trajets genre TER on lui laisse la main : soit il est carrément tout seul, soit le vieux routard fait sa sieste et intervient en cas de cris stridents. Pour le contrôle, c’est le genre à vérifier tous les titres trois fois chacun. Sauf quand il tombe sur des porteurs de carte VIP Gold Premium. Sachant pertinemment qu’il faut s’écraser devant l’élite pour espérer un avancement rapide et non pas une mise à l’index avec une mutation à vie sur le RER B, à peine a-t-il aperçu le contour oranger qu’il glapit un « c’est bon, c’est bon, ça ira, vous inquiétez pas ». Et pour peu qu’une racaille avec casquette et jogging-dans-les-chaussettes soit dans le même wagon que le Robert, le jeune revérifiera fébrilement le titre de transport du terroriste potentiel afin d’être sûr qu’il est bien droit-de-citer en 1ère classe (oui, le Robert ne voyage qu’en Première Classe. Ce n’est pas juste mais c’est comme ça !).

Le Scrupuleux : Le type même du fonctionnaire qui a déjà de la bouteille mais, ayant un gros problème avec sa conscience ou de gros problème de trésorerie personnelle, il se sent obligé de vérifier scrupuleusement, avec une rapidité digne de Maître Yoda, l’intégralité des titres. S’il faut, il repassera 6 fois dans les rames afin de ne pas louper un seul des passagers montés aux différents arrêts du train. Parce que ce genre de maniaque de l’amende photographie ta tête avec autant de précision qu’un videur de casino. Lorsque le Scrupuleux tombe sur Robert, il est toujours à soupçonner la fraude. Surement que d’une part les cartes comme celle qu’à Robert sont plutôt rares et qu’ensuite, un noir en 1ère classe, on a beau être au XXIème siècle, ça reste quand même louche.

Et dans toutes ces catégories, on trouve des sous tendances comportementales dont celle qui revient le plus souvent lorsque le fonctionnaire est confronté à la carte VIP Gold Platinium : le Fayot :

Un peu comme le Bleu, le Fayot est prit par un irrésistible besoin d’en faire beaucoup voir carrément trop. Une fois qu’il a acquis la certitude que vous êtes de la progéniture haut de gamme il a comme une bouffée de chaleur : le rouge lui monte aux joues et ses mains tremblent. Il s’inquiétera de la température du wagon, vérifiera une nouvelle fois les titres des autres passagers, surtout s’ils n’ont pas une tête à être en première. Un jour que Robert rentrait de Besac City à chez lui un soir d’hiver, un Fayot de compétition est repassé 3 fois demandé au VIP s’il voulait qu’il reste avec lui dans le wagon … Le pourquoi du comment ? Non pas que le sex-appeal de Robert soit en mode veilleuse ce jour là mais qu’un rebeu-mit-jogging-dans-les-chaussettes était assis en face de Robert et s’acharnait à vouloir lui parler. Il arrive aussi, parfois, que le Fayot soit saisi de convulsions d’excitation lorsqu’il se rend soudain compte que le nom de famille de Robert est celui d’une de ses anciennes accointances qui a fait son chemin. En général, dans ces moments là, Robert est passionné par le paysage qui défile et assure très poliement (avec un ton qui ‘nengage pas à la discussion) que « oui, mon paternel va bien (même si ça fait des lustres qu’il ne lui a pas parlé) et je lui passerai votre bonjour (dans quelques siècles) ».

*****     *****     *****     *****     *****

Oui, le Fayot ne se sent plus de dévouement. Parfois, le Fayot se dissimule sous une carapace de Laxiste : ainsi, pas plus tard que y a 3 jours, Robert se les gelait gravement dans sa rame de TER. Pour éviter de finir comme un pot de Nutella mit au frigo, il demande  au fonctionnaire poinçonneur de service, avec un max d’amabilité, de bien vouloir couper la clim et mettre le chauffage parce que « qu’on est quand même en septembre et qu’à 21h ça caille grave. C’est un train, pas un wagon à bestiaux ! Déjà que vous ne contrôlez rien depuis 3/4 d’heure qu’on est partis « .

Remarque du Poinçonneur :  » Faut aller dans les autres wagons, y a du monde, vous aurez plus chaud ! « 

Robert (claquant des dents) :  » Mais je suis bien, ici, en 1ère. Pourquoi je devrais aller en 2de pour ne pas finir genre Ötzi ?! « 

Le Poinçonneur (avec humeur) : » Déjà faites voir votre titre de transport vous ! « 

Et là, gros comme une montagne Robert voit arriver le gars qui se dit « encore un noir qui n’a rien à faire en première et qui veut péter plus haut que son c** ». Sauf que chose marrante… Après zieutage de la carte, le fonctionnaire poinçonneur a giclé en cabine de pilotage et 3min après, Robert aurait pu se mettre en culotte tellement c’était ambiance tropicale dans le compartiment de 1ère.

Par Robert le 6 octobre, 2009 dans Trains & Voyages

  1. hahahahahaha I looove cette histoire !!! héhéhéhé surtout le dernier fayot, c’est bien beau de voir un peu de pouvoir en action dans ce monde surtout en 1èere classe looool tu veux pas me filer une carte VIP aussi !!!

    Commentaire by Al 1er — 6 octobre, 2009 @ 11:30

  2. Héhé ! Tmtc c’est ça la puissance cachée des noirs ! personne nous arrêtera c’est trop tard !

    Commentaire by Robert — 7 octobre, 2009 @ 9:38

  3. ralala!! tu sais je lis tous tes articles ma poulette mais je mets pas automatiquement de com!! mais comme toujours c’est extra!! bisous ma clo!!!

    Commentaire by huguette — 8 octobre, 2009 @ 18:46

  4. Tu m’enerves….

    Commentaire by sasa — 10 octobre, 2009 @ 11:25

  5. Mdr ça te dit pas un petit voyage à Paris à la fin du mois, direct je monte dans ta valise

    Commentaire by Manue — 10 octobre, 2009 @ 13:47

Laisser un commentaire

Sondage

La grippe A (H1N1), ça vous évoque plutôt :

  • - Ahahahaaah ! La quoi ?! Hihiii la grosse blague du début de siècle ! (On va juste mourir de rire !) (72%, 23 Votes)
  • - Grippe A ?! Aaaaaaaaaaaaaah !! On va tous mourir. Au secours !!! C'est affreux ! Faut tous acheter des pelles (pour creuser nos tombes !) (13%, 4 Votes)
  • - La grippe quoi ?! Automnale c'est ça ? (Désolé(e), je reviens de vacances sur Mars...) (9%, 3 Votes)
  • - Aaah ! Fu**. J'ai mal à la gorge et au cou. Je crache des glaires, c'est sûr c'est la grippe A, y a aucun doute. Et dites pas que je suis hypocondriaque hein ! (Mais non c'est la tuberculose) (6%, 2 Votes)

Nombre de votants: 32

Chargement ... Chargement ...

Articles récents

Méta